lundi 19 janvier 2015

Les Commanditaires

Rien ne nous rendra Cabu, Wolinski, Honoré, Charb et les autres. Ils avaient un rôle important sur la place publique car ils étaient peut-être les derniers de cette génération à pouvoir vraiment être l'écho de ce peuple qui n'a pas de communauté, pas de parti, sinon de cette France majoritaire mais silencieuse qui n'est représentée par aucun lobby, par aucun parti. Cette majorité a cessé un instant d'être silencieuse et malgré la barbarie, le combat de Charlie n'est pas mort. Mais cette horreur n'est qu'un début. Des frères Kouachi j'en connais à la pelle. Des « ”Greemlins” » qui usurpent une appartenance à l'Islam pour armer leur orgueil, leur frustration, leur rage, leur haine contre cette société dont ils seraient victimes, j'en connais beaucoup. Ils n'ont rien à voir avec l'Islam sinon ce serait tellement plus simple d'ailleurs. Cette histoire ne s'arrêtera malheureusement pas là. L'Islam n'est qu'un prétexte, ils ne se sont jamais donnés la peine d'entamer un chemin vers quelconque spiritualité. Parfois ils n'ont même jamais ouvert un livre. Ils s'en remettent à des mentors rencontrés en zonzon, des guides qui eux-mêmes ont eu une destinée approximative avant de se prendre pour des prophètes mégalomaniaques et avides de pouvoir. Ces “Greemlins” sont ultra-minoritaires parmi tous ces mégalos désoeuvrés corticaux que comptent nos microcosmes désargentés. Tout au plus quelques milliers, même pas une centaines prêts à aller aussi loin que les Kouachi. Mais ils existent et d'autres viendront si nous ne prenons pas le temps de vraiment de comprendre d'où vient ce monstre.










J'ai en horreur que l'on se fasse juge et parti. Cette posture je la dénonce sans cesse depuis feu lorsque nos politiques en abusent... Pourtant, en ce jour, je me fais Juge et Parti. Oh je ne suis pas grand chose, moi, un sans dent, un petit anonyme qui est lu par deux trois pèlerins sur les réseaux sociaux. Mon propos n'aura donc qu'un impact très limité je le sais. Mais je décide pourtant de tenir audience pour juger, condamner et dénoncer sans aucune autre forme de procès les vrais responsables de cet autodafé dont ont été victimes ces représentants de ma citoyenneté, de ma liberté, qu'étaient Cabu, Wolinski, Honoré, Charb et les autres. Car il me semble qu'aucune explication valide ne nous a été proposée. Nos élites me semblent bien dépourvues pour comprendre ce qu'il se passe sur cette place publique, cette chose publique qu'ils disent pourtant représentée, mais qu'ils ont désertée depuis longtemps déjà. Le socle de cette res publica dont ils se veulent les dignitaires, c'est le vivre ensemble. Mais eux ne vivent pas avec nous, jamais. Voilà pourquoi ils ne savent pas. Pis, ils instrumentalisent ce monstre, ces “Greemlins”, à des fins électorales, leur donnant par là-même du relief, de l'echo, du crédit. 
Ces derniers jours avec la garde à vue de Dieudonné et les mesures pour notre insécurité ont démontré tout l'opportunisme du gouvernement en général et de Manuel Valls en particulier. Le même qui expliquait que les Roms n'avaient pas vocation à s'intégrer en France, se fait aujourd'hui le Chantre de la liberté tout en prenant des mesures martiales. Le Robespierre de la liberté a dégainé sa guillotine législative et un peu partout des bûchers se sont allumés pour maudire les "Pas Charlie". Le grand inquisiteur a ordonné la chasse au « Pas Charlie ». L’inquisition est de retour et de nombreuses personnes ont été incarcérées car elles ne pleuraient pas assez de Chœur avec notre Dictateur républicain. Nous revoilà au bas, très bas Moyen Âge... C'est en cela que toutes ces personnalités sont les commanditaires de cette plaie qui vient jusque dans nos bras assassiner notre liberté. Et je vais le démontrer, pas à pas, depuis ce fameux 11 Septembre 2001.
1/ Les pommes de la discorde
Mes sieurs Sarkozy, Le Pen, Finkielkraut, BHL, Zemmour, Soral, Houellebecq, Ramadan ainsi que tous ces hommes politiques et intellectuels de pacotilles qui monopolisent la parole pour défendre leurs intérêts personnels, l'intérêts des lobbys et des communautés qui les soutiennent alors que nous sommes dans un pays universaliste dans lequel les lobbys et les communauté devraient n'avoir aucune place, je vous condamne à disparaître de la place publique. Vous serez bannis définitivement du champ de la démocratie. Tous les autres, complices de leur marketing communautaires depuis 30 ans, vous, journaleux lobbyistes et autres chroniqueurs de la polémique, vautours de la décrépitude du débat public, rentiers de la bêtise collective, vous, dirigeants politiques de tous bords qui sous couvert de brusquer les tabous, participez à la segmentation communautaire du vivre ensemble, toi petit maire, grand député, dernier sinistre, sénateurs décrépitant, journalistes trop ambitieux et autres rentiers de la fausse polémique et du marketing communautariste, vous qui avez perpétué l'exploitation des tensions communautaires instituées par Sarko à des fins électorales... Je vous condamne à la fermer définitivement, à faire profil bas jusqu'à l'oubli de ce que vous représentez, tout ce contre quoi Charlie luttait : le mensonge, la corruption, l'intérêt personnel, l'injustice, les privilèges, le racisme et le clientélisme. Ce qui fait la France aujourd'hui si malheureuse. Votre procès n'aura bien sur jamais lieu et je sais que je devrais supporter votre imposture des années encore. Mais sachez qu'une bonne partie d'entre nous, blessés dans sa chair, n’est pas dupe de vos responsabilités. Fidèles au message de ces architectes de la liberté, nous continuerons à dénoncer votre marketing communautaire et l'exploitation que vous faites de la détresse affective, intellectuelle et sociale que vous générez en toute impunité.
Bien sur, Cabu, Wolinski, Honoré, Charb me faisaient rire. Mais il y avait bien plus que cela. Ils m’ont fait franchir un palier intellectuel que je n'aurais peut-être pas franchi sans eux. Comme beaucoup d'entre nous à 20 ans, j'étais en colère, j'étais de toutes les manifestations, je rêvais de révolution... Et puis je tombais sur un dessin de Cabu qui me faisait comprendre très simplement qu'il ne fallait pas se prendre trop au sérieux, qu'il fallait même rire de soi. Je prenais alors un peu de hauteur et comprenais que le danger pour chacun d'entre nous était de trop se prendre au sérieux dans ses vagabondages intellectuels, dans ses idées, dans ses propos. Là est la tentation fasciste : être prêt à en découdre pour avoir raison, être prêt à tuer pour ses idées, être prêt à mourir pour ses idées… J'apprenais à relativiser et surtout je comprenais que la seule révolution souhaitable et durable, était l'éducation, l'éveil intellectuel, la sensibilité et la créativité naissante à travers l'art et la culture. Bien sur je serais bien incapable de faire ce que ces génies parvenaient à faire, ils habillaient l'absurde, ils donnaient un nom à la bêtise, ils mettaient à poil le mensonge et la propagande. Mais ce que je peux faire, c'est vous faire partager cette expérience originale qui m'a vu grandir avec ce monstre que l'on a enfanté et qui m’a vu m'en désolidariser il y a déjà 30 ans de cela alors que j'étais encore un gamin. C’est ce que je vais tenter de faire à travers une série de quatre articles dont le celui-ci est le premier volet. Dans un premier temps donc, je vais procéder aux réquisitoires contre les vrais responsables de cet évènement horrible, ceux qui ont semé le terreau de la haine et planté les germes de la pire barbarie que l'on ait vu en France depuis plus d'un demi-siècle.
Avant que ce cauchemar communautariste n'advienne, j'étais en train d'écrire un article de longue haleine, "Les enfants d'Eris". Eris est la déesse de la discorde qui a enfanté en son sein les dieux du mensonge. Leur arme est le syllogisme. Une dialectique qui repose sur le mensonge, l’art de toujours avoir raison surtout quand on a tort. « La dialectique éristique décrite par Schopenhauer est l'art de la controverse. Cet art repose sur la distinction entre la vérité objective d'une proposition et l'apparence de vérité que cette proposition peut prendre aux yeux des disputeurs et des auditeurs. La finalité de cet art est de fournir des moyens pour parvenir à cette dernière apparence, afin de convaincre les auditeurs que l'on a raison, même si l'on a objectivement tort. ». Wikipédia. C'est comme cela que Nicolas Sarkozy a été élu et d'ailleurs c'est comme cela qu'ont été élus Hollande, Chirac, Mitterrand, Giscard et Pompidou aussi. Nous le savons tous puisque nous sommes tous unanimes pour dire que de gauche comme de droite, nos dirigeants politiques se font élire depuis bientôt un demi siècle sur des promesses qu'ils ne respectent jamais. Mais l'imposture ne s'arrête pas à ces escroqueries électorales, nos dirigeants vont plus loin dans la fourberie : ils construisent leurs programmes politiques sur des idées auxquelles ils ne croient pas eux-mêmes et font du mensonge le comment et le pourquoi de leurs mandats. C'est dans cette lignée vertueuse que s'inscrivent les premiers des accusés, les leaders du gang de Neuilly et de la secte familiale de Saint-Cloud, j'ai nommé Jean-Marie Le Pen et Nicolas Sarkozy.
Ces trois débiles sanguinaires qui se sont pris pour des messagers de dieu ont été invités dans le débat national par certains de nos dirigeants politiques soutenus par les médias ainsi que par certains de nos soi-disant présumés intellectuels à la BHL. Ces monstres ont pris le pouvoir dans certains microcosmes urbains désargentés du fait des provocations répétées, des injustices provoquées et des bavures ignorées voulues par tous ces escrocs de la vie publique qui n'avaient alors de cesse de nourrir leur vanité, leur popularité et leur portefeuille en exploitant la misère intellectuelle, affective et sociale de certaines populations. A l'époque, je craignais ce qu'il advient aujourd'hui car je savais qu'en faisant cela, toutes ces élites allaient dans les cités donner la parole, le pouvoir à ces “Greemlins”. Il était alors si facile pour ces derniers, de dire à leur frère, à leur cousin, à leur voisin qu'on ne les aimait pas, qu'on voulait les discriminer après avoir parqué et exploité leurs parents. A partir de Sarko, chacun devaient dans ces cités choisir son camp : soit t’es de la Mifa, du tiéquar, soit t’es un muslim soit t’es un couffard, un gouerre, un infidèle. Dans cette dialectique que Sarko enfantait, les “Greemlins” étaient en première ligne et allaient très vite devenir les représentants du camp des opprimés, du camp des étrangers, du camp des « pas français ». Sarko disait « La France, tu l’aimes ou tu la quittes ». Beaucoup ont entendu à raison « La France, tu la hais et tu la dynamite ». Beaucoup ont choisi le camp de la haine. Nos dirigeants et nos médias les y ont invités, ils ont scénarisé cette guerre des civilisations et ont semé durablement les pommes de la discorde.
2/ Les Grands Ordonnateurs de la haine
Nous allons donc maintenant procédés aux réquisitoires. Accusés :
N°001et N°002/ : Les patriotes de la connerie.
Nous commencerons bien évidemment par la famille Le Pen qui depuis maintenant 40 ans joue à touche pipi avec ce qu'il y a de plus débiles dans les spécimens que l'on a importé d'Afrique pour assumer l'ingrate besogne dont les français ne voulaient pas. Nous avons là une preuve de ce qui se fait de plus absurde dans la pensée française depuis le roi Dagobert au moins. Jean-Marie Le Pen qui a été l'un des plus fervent jeune défenseur de l'Algérie française s'improvise chantre de la résistance contre l'immigration... Nous voilà devant un bel exemple de l'imposture la plus infâme, de la fourberie la plus vile en cela qu'elle consiste à dénoncer un fait que l'on participe à générer. Je vais tenter de simplifier la chose : si vous souhaitiez, Mr Le Pen, une Algérie française, vous souhaitiez des algériens français à moins de les exterminer. Si vous souhaitiez des algériens français, vous souhaitiez la présence de maghrébins entre autres musulmans sur le sol français. Vous ne pouvez être donc foncièrement contre l'immigration et l'islamisation de la France. Pourtant, c'est sur ces deux axes que Jean-Marie Le Pen et aujourd'hui son héritière, ont construit leur baratin.
A l'époque, c'est un conseiller de François Mitterrand qui vient souffler l'idée à Jean-Marie Le Pen. C'est d'ailleurs François Mitterrand qui, souhaitant diviser la droite, décide de donner une vitrine médiatique au Front National et à Jean-Marie le Pen. Avant cela, le FN était axé davantage sur les artisans, commerçants et sur les rentes, surtout sur les rentes. Jean-Marie Le Pen, tout comme sa fille sont des héritiers. Quand ils vous susurrent droit du sang, entendez droit de l'héritage comme au Moyen-Âge. C'est là leur fourberie. Tenter de faire oublier qu'ils sont frontistes dans le sens où ils dénigrent la Révolution Française, les Lumières, dans le sens où ils dénigrent notre histoire républicaine et rêvent de noblesse, de chevaliers et d'Etat féodal. Pour eux point de rouge, que du blanc royal et du bleu marine sur le drapeau, ce bleu sang de la noblesse féodale. Je condamne donc le FN à rester ce qu'il est : un épouvantail médiatique.
Ensuite, sur le banc des accusés, comme accusé principal et grand ordonnateur de ce bordel macabre, Nicolas sarkozy de Nagy Bocsa qui à des fins électorales et pécuniaires n'a pas hésité à installer la dialectique de la surenchère dès 2005 alors qu'il était ministre de l'intérieur.
C'est lui qui a provoqué le bras de fer, qui a donné une vitrine médiatique à ces « ”Greemlins” » totalement décérébrés qui à l'époque rêvaient de cartel de la drogue à la Scarface et de fille en string pas vierges du tout... Dans les cités à l'époque, ces frustrés se font moquer. A l'époque, nous voulions encore y être français, on se battait pour cela, pour être reconnu français... Puis il eu des inclinaisons agressives du peuple français qui s'exprimèrent dans un premier temps en 2002 avec Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle. Le peuple français était alors sous le coup du 11 septembre 2001 et se laissait convaincre par la propagande de choc des civilisations importée par certaines de nos élites intellectuelles dont nous reparlerons très vite. Nous reconnaitrons alors à Chirac cette grandeur d'âme qui lui fit dire non au américains pour l'Irak et qui apaisa quelques temps les tensions... C'était sans compter sur l'opportunisme de Nicolas Sarkozy qui remit le couvert dès son arrivée au ministère de l'intérieur.
En 2009, Jean Mohamed De La Bastille vit le jour sur Agoravox lors du débat sur l'identité nationale et se fit censurer dès son premier article par la rédaction du Monde. Dès cette époque, je dénonce ce jeu inconscient qu'instiguait Nicolas Sarkozy en s'appuyant sur la délinquance, la violence et la radicalisation d'une poignée de jeunes de ces cités. J'expliquais alors que Nagy Bocsa dernier leur donnait la parole, le crédit, le pouvoir. Ils devenaient grâce à lui les représentants des cités. Or ils n'ont rien à voir avec ce que sont les gens dans les cités. Ils n'ont rien à voir avec les immigrés. J'ai travaillé en intérim durant toutes mes études et après, depuis la première S jusqu'à Bac +4. J'ai travaillé en bâtiment, dans les égouts, j'ai fait du nettoyage industriel dans les ports pétroliers jusqu'à en suffoquer... J'étais l'un des seuls à avoir la carte d'identité française. Tous étaient africains, maghrébins, musulmans. Tous étaient fiers, humbles, discrets et ne souhaitaient qu'une chose : devenir français. Et ils se battaient comme des damnés sans sourciller, sans un bruit de trop, trop inquiet d'attirer sur eux l'attention. Ces “Greemlins”, eux, ne souhaitent pas être français alors qu'ils sont nés ici, ce sont des iciens comme diraient Debouzze. Ils se revendiquent algériens, tunisiens, marocain et surtout musulmans. Musulmans à la manière de malcom X, de la Nation de L'Islam et des Elijah Mohamed comme mentor. Un Islam de combat, un Islam sauce US, avec le Rap, les Nike air et le Quick Hallal comme univers. That's my people de NTM version le coran la Mecque, j'te jure. Une mifa du juron et de la fierté mal placée. Un business communautaire. Chaque fois que Marine Le Pen prend 1 point dans les sondages, chaque fois que Nicolas Sarkozy vient les provoquer en clamant haut et fort, la France on l'aime ou on la quitte à leur adresse, à chaque fois ils exultent, ils peuvent démontrer par l'absurde à leur frère, leur cousin, leur voisin que la France ne sera jamais leur pays, que les français ne les aiment pas, que c'est pour ça qu'ils ne réussissent pas, rein à voir avec leur comportement, le mépris qu'ils peuvent avoir pour tout ce qui n'est pas eux... Non le problème, c'est la France, c'est les français et il n'y a que cet Islam de combat pour les représenter fièrement. Ces “Greemlins” sont ultra-minoritaires, j'en parlerai précisément une autre fois... Mais ils sont assez nombreux pour nous polluer sérieusement notre environnement paisible, du moins respectueux d'un plus grand nombre...
C'est Sarkozy qui a engagé cette dialectique à coup de testostérone avec ces “Greemlins”. Il en a fait les représentants médiatiques les plus en vue de ces microcosmes désargentés, oubliés de tous, méprisés par beaucoup. Il a dénoncé l'école, les professeurs et les a démuni comme jamais dans l'histoire de l'éducation en France alors que les enseignants sont des héros qui combattent seuls ces réalités qui nous dépassent tous. Les seules traces de la République dans ces contrées sauvages sont les écoles et les collèges que l'on a emmurés au milieu des tours. On a cloîtrés les profs dans cette prison à ciel ouvert, on les a envoyés en première ligne devant des Kouachi en herbe, des Merah, des Nemmouche... Il me semble que ce ne peut pas être le rôle des enseignants de conjointement combattre la propagande, la détresse sociale des familles et lutter contre le terrorisme naissant. Ils méritent la légion d'honneur, tous ces profs qui se défoncent pour essayer d'en sauver une poignée et qui en sauvent une tripée. Certains, certes peu nombreux m'ont sauvé, je ne serais pas là pour l'écrire s'ils n'avaient pas été bienveillants et déterminés à me sauver de moi-même...
Sarkozy, inspiré par un Buisson ardent quelque peu mystique a initié cette guerre communautaire sur notre territoire aussi par idéologie et pas seulement pour courir après le FN et tenter de reprendre ces électeurs énervés qui sont en plus souvent de très bons militants au sens de militis, combattre avec les armes s'il le faut pour ses convictions... Non, Sarkozy dernier est aussi adepte de cette vision très américaine d'une société... Une société des lobbys qu'il ne peut qu'apprécier au regard des bénéfices qu'il en tire... Une société où chaque individu devra se ranger derrière une bannière pour exister, pour s'exprimer. Le marketing communautaire d'outre-atlantique. Sarkozy aime davantage les Etats-Unis que la France. Il l'a toujours démontré. Il était en adoration devant Bush alors que le monde entier le dénonçait. Il a fait entré la France dans l'Otan et du même coup engager notre pays dans toutes les guerres colonialistes menés par les Etats-Unis. C'est Sarkozy qui a fait de notre pays, un grand marché sauvage dans lequel les français jouaient le rôle de bétail pour des traders infantiles aux quatre vents. C'est lui qui a importé ce modèle économique Anglo-Saxon et qui l'a imposé aux français contre leur gré. C'est lui qui a importé ce marketing communautaire dont souffre aujourd'hui la France. C’est lui qui a offert les plateaux télé en continue aux communautés religieuses, estimant qu’il fallait représenter les minorités. On voyait alors fleurir 24h/24 les revendications religieuses, les coming-out de l’appartenance, le marketing communautaires :
Pour avoir importé le choc des civilisations via le 11 septembre, pour avoir communautarisé notre tissu social via les médias, pour avoir détourner la laïcité à des fins électorales, pour avoir tenté d’imposer le modèle économique et social Anglo-saxon, je vous condamne, Mon sieur, Nicolas Dernier, à l'exil éternel. Vous pourrez aller vivre aux States, cette contrée que vous adorez. Par contre, avant d'entamer votre exil, vous rendrez tout ce que vous avez dérobé à la France. Il va vous falloir faire beaucoup de conférence pour votre patron, Goldman Sachs, cette banque d’affaire américaine, si vous souhaitez ne pas finir Homeless.
N°003, 004, 005,006, 00... : Les pourvoyeurs de la haine.
Mitterand, Chirac, BHL, Finkielkraut, Soral, Zemmour, Ramadan... encore bien d'autres responsables politiques et autant de présumés intellectuels, tellement nombreux qu'il me serait impossible de tous les citer, qui n'ont eu de cesse de détourner le regard des français vers de soi disant problèmes identitaires, vers des polémiques sociétales communautaires qui vous permettaient pour les uns de faire de l'argent sur le beurre de la bêtise en vendant votre vomi pauvrement littéraire et pour les autres de pérenniser ce business d'escrocs que vous osez appeler république et qui ne sert que vos intérêts personnels et pécuniers. Une petite vidéo pour chacun ? Je googlelise pour voir si quelqu'un ne les a pas rassemblées dans un montage intelligent, intelligible... Cela n'a pas été trop compliqué. Il y en avait tant que le plus long fut la sélection. Deux lobbys communautaires sont surreprésentés sur les ondes mais aussi sur la toile, deux religions comme débat incessant : les juifs et les musulmans comme première préoccupation des français dans le débat public depuis Mitterrand...
C'est là que mon âme suffoque, que mon esprit se disloque et cette escroquerie, je la révoque. Je révoque Mitterand pour avoir donné naissance au Front National à des fins électorales. Je révoque l'inventeur de l'imposture de gauche, du PS, de cette droite qui ne dit pas son nom et qui joue de manière concomitante sur la menace Fn et sur la défense des minorités ethniques et religieuse afin de garder le pouvoir malgré des bilans de politiques libérales bien de droite plus que catastrophiques.
Je révoque BHL, FinkielKraut, Zemmour, Soral, Ramadan et tous ces intellectuels qui n'en sont pas, politiques, journalistes et autres polémistes de comptoirs acculturés qui usent du syllogisme à outrance, qui érigent le mensonge en seul vérité audible. Je révoque tous ces représentants commerciaux de lobbys communautaires qui monopolisent le débat public pour des querelles de clochers qui ne concernent en rien les français et qui sont très éloignés des causes de la détresse sociale et culturelle dans laquelle on laisse pourrir de nombreuses familles. Et la mort de Charlie n'empêchera pas cette propagande communautaire de se répandre toujours plus sur les ondes et sur la toile. Bien au contraire, Les mêmes que Charlie dénonçait pour leur racisme rampant se font aujourd'hui les annonciateurs de ce désastre, nous explique qu'ils nous avaient prévenus des dangers de l'Islam. On n’a jamais autant parlé de religion que ces derniers jours et bien sur au premier rang des accusés et/ou des victimes, les juifs et les musulmans. C'est là que je m'interroge : combien de juifs et de musulmans en France ? Il y a 470 000 juifs en France, 5 millions de musulmans... Soit environ 6 millions de juifs et de musulmans en France. A peine 10% de la population française et pourtant on ne parle que d'eux. Comment cela se fait-il ? Il n’y a pas loin de 40% de personnes en France qui n'ont aucune religion et on ne le voit jamais, on ne les entend jamais, on croirait même que les français sont passionnés par la religion lorsque l'on allume sa télé. Commet cela se fait-il ? Et bien parce que la majorité de français n'ont pas de représentants commerciaux, de lobbyistes pour les représenter. Pas de Zemmour, de BHL, de Finkielkraut, de Tesson...
Et cette majorité silencieuse en a marre de ces querelles du Moyen-Âge. J'en ai marre de ce marketing communautariste qui n'a qu'un objectif : nous faire détourner le regard pendant que l'on nous fait les poches. Et ça marche depuis longtemps déjà : levez les bras en l'air et la tête au ciel pendant que l'on vous fait les poches... C'est pour cela qu'il nous faut maintenant réagir et exclure tous ces propagandistes de la place publique. Ils ne sont pas notre France, ils ne sont pas nos préoccupations, ils ne sont pas notre culture. Ma France à moi, c'est celle des Lumières, c'est celle des encyclopédistes, de Diderot, de Rousseau... Ma France à moi, c'est celle des révolutionnaires, celle de Marat, de Danton et de Camille Desmoulins... C'est aussi celle des littéraires, celle de Chateaubriand, de Victor Hugo et de Maupassant. Ma France à moi, c'est celle de la connaissance, de Descartes, de Camus et de Bourdieu. Ma France à moi enfin, c’est celle des libertaires, celle de Coluche, de Desproges, de Brassens et de Renaud... Cette France ne croit plus au curé depuis feu, à tel point qu'elle a cloîtré ses bondieuseries hors de la place publique si ce n'est pour s'en moquer.
Alors que l'on a mis des siècles à ériger la démocratie, la liberté, l'égalité et la fraternité en reléguant la religion aux oubliettes, en disséminant dans les esprit l'éducation et l'instruction, en devenant l'un des plus grands pourvoyeurs de découvertes scientifiques au monde, vous souhaitez nous ramener à ces débats moyenâgeux qui n'ont aucun intérêt si ce n'est de détourner les foules de la connaissance, de la capacité de jugement, la capacité à se servir de son entendement pour mieux analyser vos fourberies. Là voilà la vérité : levez les bras en l'air et la tête au ciel pendant que l'on vous fait les poches. Le combat de Charlie est le combat de l'éducation, c'est le combat de la science et des Lumières, c'est le combat contre tous ces lobbys qui font un hold-up quotidien de notre république, de notre Nation, de notre vivre ensemble. Dieu n'existe pas et cela n'est plus à démontrer. Les textes des trois religions sont totalement loufoques voire risibles et cela non plus n'est plus à démontrer. Je veux bien en discuter avec n'importe quel Imam, Rabbin ou Prêtre. Il n'y a aucun doute là-dessus. Nos civilisations ont atteint un niveau de connaissances qui ne laisse plus la place à ces crédulités sans fondement aucun. Il est là le combat : donner accès à la connaissance à un maximum de personne, donner accès à la culture. Quand vous parlez de confessions, d'antisémitisme, d'Islam au quotidien, il faudrait que l'on parle de découvertes scientifiques, d'environnement et de philosophie. Quand vous relater quotidiennement des faits divers communautaires, il faudrait que l'on parle des injustices sociales par milliers qui concernent tous les français, les paysans, les classes moyennes, les artisans et les commerçants, les petits patrons et non pas seulement cette jeunesse parfois trop ambitieuse et mercantile, rêvant de grosse voitures et de chaînes en or, qui rugit dans ces camp de travail que sont les banlieues. Quand vous parlez de représentations des minorités, de niqab et de prières de rue, il faudrait dénoncer la corruption politique à tous les niveaux, le clientélisme et les privilèges. Il faudrait dénoncer la féodalité de notre société.
Là voilà, l'urgence car s'il y a bien un point commun entre Mohamed Merah, Nemmouche et les frères Kouachi, c'est bien le contraste entre leur ambition mégalomaniaque, cupide et l’obsession intellectuelle proche de l'autisme dans laquelle ils s'étaient enfermés. D'ailleurs, dans deux de ces affaires, les crimes de Merah et l'acte de barbarie des Kouachi, on peut être troublé par la filiation de ces messagers divins et certains intérêts politiques... Merah aurait été en contact avec la DGSE de Bernard Squarcini, bras droit armé de Sarko. Les frères Kouachi et Coulibaly avaient pour mentor le même prédicateurs que Merah. Et clou du spectacle, Sarkozy a reçu Coulibaly à l'Elysée pour le féliciter... Pour ma part, j'irais bien enquêter sur les réseaux de Rachida Dati... Je dis ça, je dis rien mais entre la dalle d'Argentueil jusqu'à Mohamed Merah, il apparait clair que Sarkozy a tout fait pour instrumentaliser les religions et les communautés contre le vivre ensemble et qu'il a trouvé des “Greemlins” pour lui répondre, en veux tu, en voilà... Et comme il l'a dit lui-même, Rachida était la mieux placé pour s'occuper de la justice pénale, avec une famille arabe...
Etre Charlie, c'est prendre conscience de tout cela. Cabu, Charb, Wolinsky et les autres n'avaient de cesse de dénoncer cette communautarisation à des fins politiques de la société française. Nous sommes d'ailleurs tous responsables de cela. C'est nous, les français qui avons mis Sarko au pouvoir, c'est nous les français qui avons laissé nos dirigeants importer le 11 septembre 2001 et le choc des civilisations plutôt que de virer cette clique de mafieux qui accaparent la démocratie française. Si nous voulons leur faire honneur, nous devons mettre fin à ce bal des tartuffes et exclure définitivement le PS, l'UMP et le FN de la scène politique. Nous devons nous organiser dès maintenant pour virer tous ces vautours trop intéressés et ériger des ensembles citoyens qui traiteront des vrais problèmes de notre société : la non redistribution des richesses, la mort du travail face à la finance, la main mise du CAC40 sur les médias, la politique et l'économie française, l'injustice institutionnelle qui sécurisent les privilèges et la corruption à tous les étages de notre démocratie.
J’espère avoir démontré ou du moins justifié en quoi les médias et les hommes politiques ont favorisé l'émergence de lobbys communautaires en France depuis maintenant 30 ans. La communautarisation de notre société est à corréler avec la féodalisation de notre économie. Cela n'est pas un hasard : il s'agit de l'importation du modèle économique et social Anglo-saxon que l'on a imposé à notre beau pays à travers l'Europe, à travers Maastrich et jusqu'au traité européen ordonné par Sarko ... Nous allons tout doucement d'ailleurs vers le traité transatlantique qu'on le veuille ou non... Et bientôt en France, si ce n'est déjà le cas, nous n'aurons accès à la démocratie et à la justice qu'à travers les lobbys, les communautés et les groupes d'intérêt. Et quand on voit ce que donne le marketing communautaire aux Etats-Unis, cela donne vraiment envie. Il ne nous reste plus qu'à légaliser le port d'arme. D'ailleurs ces gamins, Kouachi, Nemmouche et Merah sont américains. De leur délire à la gangsta rap jusqu'à Al Quaïda, leur référentiel culturel trouve sa source aux States. C'est ce que je démontrerais dans le second article, "Les “Greemlins”", de cette saga que je veux dédier à Charlie et à tous ces Chevaliers de la liberté et de l'éducation que l'on a lâchement assassiné. Ce n'est pas grand chose, ce travail restera probablement méconnu comme tout ce que j'ai déjà pu écrire et qui pourtant annonçait et expliquait ce qui était en train de se passer. Mais c'est mon geste en mémoire de ces âmes qui m'ont, elles, beaucoup apporté, qui ont structuré ma pensée et surtout qui m'ont donné l'impression d'exister sur la place publique.
Ils ont bien bu, ils n’ont pas cru et ils ont bien vécu… Leur paradis, ils l’on eut, les vierges, ils en sont repus et vous, un jour, vous l’aurez dans le cul, parole de Cabu !

Jean Mohamed De La Bastille.