samedi 15 octobre 2016

Moi, le sans dent


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/moi-le-sans-dent-185521
La bêtise et le mépris font souvent bon ménage. Sarkozy en était un très bel exemple. Hollande lui dispute le trône. La vie politique française souffre depuis trop longtemps de ses élites qui de génération en génération s'enfoncent dans une médiocrité intellectuelle drapée d'une suffisance méprisante. Le "Moi Président.." n'échappe pas à cette réalité et perpétue cette tradition séculaire française du mépris du peuple de France. 
Notre président s'est ainsi fourvoyé dans la suffisance avec une assurance qui dit tout de l'abstraction dont il sait faire preuve quant à la maîtrise de sa propre image. N'est pas Mitterand ou Sarko qui veut. Etre assez machiavélique pour se réussir à se faire aimer de ceux que l'on méprise est un art. Il semble que, malgré votre grandiloquence, Mon Sieur Mytho Land, vous soyez dépourvu de ce talent...Trop convaincu par votre intelligence supérieur, vos mots trahissent le mal qui vous accable : le méprisVous devriez vous mettre à la lecture, vous, président qui assumez de ne pas avoir de sensibilité littéraire. Et c'est un gamin de banlieue, "mal éduqué" par ses parents, qui vous dit cela, ça craint comme dirait les jeun's que vous méprisez. La lecture permet de mieux appréhender les subtilités de la langue française et ainsi de parvenir, grâce à une bonne maîtrise de la rhétorique, à manipuler son auditoire pour que celui-ci admette comme juste les propositions les plus absurdes soient-elles.
"Moi, le sans dents", plein d'empathie envers Vous, Président, je ressens le devoir de participer à votre éducation. Je n'oserais prétendre que votre maman, que "Moi, Respectant", n'ait pas bien rempli son devoir. C'est un pas que "Moi, cons descendant de sans dents", je ne saurai franchir. Mais il me semble que certaines valeur manque à cette dite éducation.
"Moi, le sans dent", je vous dirait par exemple qu'il n'est pas bien d'insulter les mères. C'est drôle, ça fait bizarre de dire cela à un président de la république. J'avais pris l'habitude de le dire à des élèves de primaire, voire de collège. Mais un président...Ne me faites pas grief de la condescendance de mon propos, c'est un prêté pour un rendu. Car il vous faut savoir que dans la cité dans laquelle j'ai grandi, nos parents se battent comme des damnés pour que l'on ait la meilleure des éducations. Nos parents sont de véritables héros digne de la mythologie Grec. Ils se battent pour que leurs gosses ne trainent pas avec des voyous, leurs apprennent le respect, la politesse et leurs assènent à longueur de journée qu'il faut travailler. Certains d'ailleurs parviennent, malgré leur condition, à faire que leur rejeton réussisse comme vous dites. Certains des enfants des cités deviennent riches grâce la mode, le sport, la musique et même souvent par le biais d’études de haute facture…Combien de parents peuvent se targuer d'avoir évolué dans la misère et de pourtant permettre à sa descendance d'accéder à l'opulence ? Il faut bien pour cela que ces "gosses mal éduqués » aient été accompagné dans leurs parcours...Et cela est d'autant plus admirable que l'environnement n'était pas des plus favorable.
"Moi, le sans dent", je vous dirai que lorsqu'on ne sait pas, on ne parle pas et surtout que l'on accuse pas sans preuve...Votre maman ne vous a pas appris cela, Vous, Président ? Vous prétendez que ce qui explique le comportement inadapté de certains footballeurs professionnels serait leur manque d'éducation. C'est une conjecture, ile me semble, un peu hasardeuse. Avez-vous déjà réfléchi, Vous, Président, à ce qui conditionnait le comportement d'un individu ? Apparemment, non. Et pourtant vous vous permettez de livrer votre analyse idiote qui dit tout de votre arrogance. Ou de votre ignorance. Soit vous ne comprenez rien, ce qui est probable, vu la médiocrité de vos diagnostiques depuis cinq ans, soit vous mentez afin de faire un clin d'oeil à la France raciste et conservatrice cher à Le Pen et à Sarkozy. Dans les deux cas, c'est mal ! Votre maman ne vous a pas appris à vous, Président, à distinguer le bien et le mal ? Je vais tenter de corriger ce déficit éducationnel. Ce qui participe du comportement d'un individu ne peut se réduire à l'éducation que lui ont transmis ses parents. Un individu se construit aussi par rapport à l'école, à son environnement propre, amis, camarades de classe, adultes qui l'environnent, par la musique qu'il écoute, par les médias dont il s'abreuve, par les rêves qui sont les siens, par son rapport à l'autorité, par sa conditions psychiques et physique...Complexe ? Votre esprit dépourvu aurait-il du mal à appréhender autant de paramètres ? Pour illustré mon propos, soucieux que vous puissiez envisager ce qu'exige une analyse pertinente, il me semble utile d'expliciter. Certains parents dans les cités par exemples, sont souvent en conflit profond avec leurs enfants. Ils ne comprennent pas leurs comportements à l'école, il les sanctionnent pour qu'il se mette au travail, leurs interdisent de sortir pour ne pas qu'il traîne dehors la nuit avec des voyous, les engueulent lorsqu'ils découvrent qu'il ont fumé même une cigarette...Il est vrai qu'il ne sont pas aidé par une société mercantile, à laquelle "Vous Président » et les média de vos amis de la finance participez grandement, et qui a travers la musique, la mode, le sport ne véhiculent qu'un seul rêve possible : la ruée vers l'or à l'américaine. Ces parents ne comprennent pas cela. Eux sont fiers de travailler durement et d'assumer leur famille. Ils n'ont pas besoin d'opulence, juste d'avoir un toit, être en sécurité matérielle. Ils n'attendent pas de leur enfant qu'il devienne riche, il s'inquiète avant tout qu'il n'ait pas de travail ! Ces gamins ont donc été bien éduqué, c'est la société qui les a perverti. Benzema est d'ailleurs un très bon exemple : je suis certain que même à son âge, il se fait engueuler par sa mère pour tous ses excès. Je connais bien les maman kabyle, j'en ai une. Et je suis sur que les parents de Benzema ne sont pas d'accord avec ses comportements et le lui font savoir. Ce qui fait que Benzema se comporte de cette manière, c'est parce qu'il a toujours évolué dans un environnement à la mode Scarface. Je connais bien Bron Terraillon dans laquelle il a grandi, j'ai pousser juste à côté, aux Minguettes. Tout d'abord, il faut savoir que c'est une cité assez horrible. Des kilomètres de béton, des bâtiments dans un état d'insalubrité honteux, juste au bord de l'autoroute, encerclés par les usines et avec des écoles scellées dans le béton au milieu des tours. Tout ce qu'il faut pour que nos gamins de cité se la joue gangsta Rap à l'américaine...Quel sont les deux artistes préférés de Benzema ? Rohff et Booba, du Rap discount à l'américaine qui ne jure que par les dollars, les moeufs en string et la violence... Pas sur que les parents de Benzema goûte à ce son... La prochaine fois que vous souhaiterez prendre de la hauteur, Vous président, je vous conseillede garder le silence, pour rester courtois. 
Il me semble que vous vous êtes un tant soit peu précipité dans votre diagnostique. C'est un peu votre grand défaut. Vous faites de mauvais diagnostiques. Voilà pourquoi votre bilan est médiocre. Vous ne travaillez pas assez, François ! Pour progresser, il vous faut que travailler davantage à la maison ! Faites vous aider par vos parents ! Votre maman, ne vous a pas donner à "Vous, président", le goût du travail ? Vous devez lire aussi ! Vous manquez, outre l’art de la rhétorique, de culture, de connaissance sur la France et ses habitants. Vous devez vous mettre à la lecture. Votre maman ne vous a-t-elle pas transmis le goût de la lecture ? Ne vous lisait-elle pas quelques histoires pour vous endormir ? C'est dommageable. Vous tenez trop souvent des argumentaires absurdes. Vos développements sont hasardeux et aboutissent trop souvent à des syllogismes mal ficelés. Vous devez appuyez vos arguments sur des faits et sur des analyses précises. Mais pour cela, il faut vous mettre au travail. Et ce n'est pas en passant votre temps à pérorer devant les journalistes et les caméras et en jouant aux rodéos nocturnes avec votre scooter que vous réussirez à progresser. Cela fait 5 ans que vous vous enfermer dans votre palais, on se demande bien à quoi faire d'ailleurs, que vous passez votre temps à jouir du labeur des français en voyageant de manière dispendieuse, que vous vous contentez de plagier le traité de Lisbonne au lieu d'écouter le peuple français et de construire une véritable expertise. Cela fait 5 ans que vous menacez le vivre ensemble en fomentant des polémiques avec vos copains argentiers et leurs médias. 



Moi, le sans dents, je vous inviterait à redescendre de votre piédestal et vous inculquerait l'humilité puisque manifestement, notre maman ne vous a pas transmis cette valeur. Contrairement à nous, enfants des cités, vous n'avez aucun mérite à avoir des diplômes. J'ai envie de dire qu'il y a le même déterminisme dans votre réussite que dans l'échec de trop nombreux gamins des cités. D'ailleurs, vous représentez l'un des plus grand problème qui accable notre pays : la valeur accordé au diplôme. Un footballeur, lui, soit il est bon et il travail, soit il ne parviendra pas au succès. Alors que vous, quel est votre fait d'arme ? D'avoir obtenu des diplômes ? Soyons sérieux, il s'agit là d'une imposture. On révise nos cours afin de passer des évaluations qui jugeront des savoirs qui ont été compilés. Je suis sur que l'on pourrait facilement créer un petit logiciel qui permettrait à une clef USB réussir tous les concours de la république : sciences-po, l'ENA, Polytechnique, Les mines... Notre système scolaire privilégie par l'évaluation, la compilation des données tel que peut le faire un vulgaire disque dur. Il suffit de pouvoir jouir de bonne condition et de ne pas avoir à s'inquiéter de comment payer son loyer et sa nourriture pour s'investir pleinement dans cette compilation de donnée, et il n'y a rien de méritoire à parvenir à un niveau de diplôme reconnu. D'ailleurs cela est très simple à démontrer puisque toutes les analyses des économistes les plus reconnus admettent que ce qui explique en grande partie l'effondrement de l'économie française, c'est les mauvais choix stratégique opérés par nos grands capitaines d'industrie qui pourtant ont intégré les plus grandes écoles de la république. Les diplômes ne garantissent pas la compétence et ni même les connaissances, trop volatile pour un esprit dont le seul objectif est l'obtention d'un diplôme. Seul les expériences professionnels garantissent la compétence et la vertu d'une personne. Que dire alors de de nos diplôemes de l'ENA et de la qualité de nos hommes politiques dont le bilan professionnels est des plus méidocres et dont la probité morale et intellectuelle n'est même plus à interroger ? Que dire de nos grands journalistes qui se fourvoyent dans le mensonge perpétuel et les comprimissions intéressées ? On sent toute la méritocratie à la française quand on écoute Morano, Sarkozy, Eric Zemmour, Alain Finkielkraut ou quand on observe les insuffisances de Largadère, de Bolloré, de Bouygues et consorts... Elle est belle l’éducation de nos élites !
Enfin, "Moi, le sans dent", je vous dirais que ce n'est pas bien de faire des amalgames et de participer ainsi à la discrimination dont sont victimes de trop nombreuses zones urbaines. De surcroît en invoquant le bien et le mal. Comme si vous pouviez prétendre en être juge. Les familles des cités ne sont pas plus ou pas moins investies que le reste des français dans l'éducation de leur enfants. Et comme tout parents, il arrive que leur enfant leur échappe... Laurent Fabius est-il fier de son fils ? Il lui aurait pourtant donné une bonne éducation au regard de son pédigrée si l'on vous écoute (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/les-rendez-vous-de-thomas-fabius-avec-la-justice-en-quatre-dossiers_1758974.html). Et le fils de Marisol Touraine, est-il bien éduqué d'après vous ? Incarcéré pour extorsion de fond et séquestration (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/10/01016-20130910ARTFIG00524-le-fils-de-marisol-touraine-incarcere-pour-extorsion-de-fonds.php). Pensez-vous que c'est l'éducation de votre ministre de la santé qui est en cause ? Et Cahuzac, votre ami, qui de manière éhontée ment devant des millions de français et devant les institutions, les yeux dans les yeux, pensez-vous qu'il soit victime d'une mauvaise éducation ? 
"Moi, le sans dent", je vous accuse d'être méprisant. Le mépris. Cela aura été votre plus grande faiblesse à l'instar de vos prédécesseurs, Nicolas Sarkozy en tête. Probablement un manque d’éducation.

Le discours que vous tenez devant la cour a au moins cela de positif : il résume assez bien la posture dans laquelle vous avez toujours été : le mépris. D'ailleurs, vous ne méprisez pas seulement les gamins des cités et leurs parents depuis 5 ans. Vous méprisez tous les français. Vous formez en cela un très bon couple avec Manuel Valls à qui je dus aussi demandé un peu de respect il y a peu ( "Monsieur Valls, vous méprisez notre intelligence"http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/monsieur-valls-vous-meprisez-notre-156030). Lorsque l'on vous écoute, les français se trompe sur leur ressenti, c'est vous qui avez raison, qui possédez la bonne analyse. On a pu voir à quel point l'analyse était votre point fort. Vous méprisez tellement notre intelligence, que dans cette interview dans laquelle vous injuriez les parents des gamins de cités, vous nous expliquez que l'on a rien compris, que vous avez mené une politique de gauche, relativement à ce que propose la droite. A droite de la gauche, ce n'est plus la gauche mais à gauche de la droite, est-ce déjà la droite ?...Vous nous prenez pour des débiles ? On a toujours su que vous n'aviez jamais eu l’intention de mener une politique dans l'intérêt du peuple. On vous a élu par dépit, pour faire barrage à Sarkozy. Votre maman, ne vous a-t-elle pas appris à Vous, Président, que ce n’était pas bien de profiter du dépit des autres, surtout dans son intérêt propre. On ne pensait pas que vous seriez du même acabit que Sarko, aussi prétentieux, plein de mépris. Nous avions sous-estimé votre égo. Cela fait cinq ans que vous profitez de notre dépit dans votre seul intérêt, à vous et à ces élites bien éduquées. Mais "Nous, les sans dents", nous n'allons pas tarder à vous renvoyez à votre mépris. Car votre bilan, ce n'est à vous de le faire. Il revient au peuple de l'évaluer…Plein de bienveillance et sans mépris, bien sur.

Jean Mohamed De Bastille.


Note à benner :
Vous direz à votre maman que nous ne lui tenons aucunement rigueur des manquements qui sont les vôtres et dont nous vous tenons seul responsable.